Anotació

Certainement je n’ai pas à me plaindre

Winter Tourists Picnicking on Beach near Sarasota, Florida, by Marion Post Wolcott, 1941

 Winter Tourists Picnicking on Beach near Sarasota, Florida, by Marion Post Wolcott, 1941.

 

«Certament, no puc queixar-me —em deia aquell les confidències del qual referiré en la narració molt senzilla i massa poc novel·lesca que llegireu de seguida—, car gràcies a Déu, ja no sóc res, suposant que hagi estat mai alguna cosa, i desitjo a molts ambiciosos que fineixin igual que jo. He trobat la certesa i el repòs, cosa millor que totes les hipòtesis. M’he posat d’acord amb mi mateix, i això és la millor victòria que es pugui obtenir damunt el que és impossible. A la fi, d’inútil envers tothom, m’he tornat útil per a alguns, i he obtingut de la meva vida, que no podia fornir res d’allò que s’esperava d’ella, l’únic acte que tal vegada no sospitaven, un acte de modèstia, de prudència i de raó. Per tant, no puc queixar-me. La meva vida és feta, i ben feta, segons els meus desitjos i els meus mèrits. És rústica, cosa que no li escau pas malament. Com els arbres de mala creixença, l’he escapçada: té menys presència, gràcia i contorn; no es veu de tan lluny, però així guanyarà en arrels i escamparà més ombra al seu entorn. […] La tasca és simple, i me’n sortiré. I si és cert que l’objectiu de tota existència humana és transmetre’s més que no pas moure’s, si la benaurança consisteix en la igualtat dels desitjos i de les forces, jo camino tan rectament com puc pels camins de la bondat, i vós mateix podreu testimoniar que heu vist un home feliç.»

 

« Certainement je n’ai pas à me plaindre—me disait celui dont je rapporterai les confidences dans le récit très simple et trop peu romanesque qu’on lira tout à l’heure—car, Dieu merci, je ne suis plus rien, à supposer que j’aie jamais été quelque chose, et je souhaite à beaucoup d’ambitieux de finir ainsi. J’ai trouvé la certitude et le repos, ce qui vaut mieux que toutes les hypothèses. Je me suis mis d’accord avec moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l’impossible. Enfin, d’inutile à tous, je deviens utile à quelques-uns, et j’ai tiré de ma vie, qui ne pouvait rien donner de ce qu’on espérait d’elle, le seul acte peut-être qu’on n’en attendît pas, un acte de modestie, de prudence et de raison. Je n’ai donc pas à me plaindre. Ma vie est faite et bien faite selon mes désirs et mes mérites. Elle est rustique, ce qui ne lui messied pas. Comme les arbres de courte venue, je l’ai coupée en tête: elle a moins de port, de grâce et de saillie; on la voit de moins loin, mais elle n’en aura que plus de racines et n’en répandra que plus d’ombre autour d’elle. […] La tâche est simple, et j’y suffirai. Et s’il est vrai que le but de toute existence humaine soit moins encore de s’ébruiter que de se transmettre, si le bonheur consiste dans l’égalité des désirs et des forces, je marche aussi droit que possible dans les voies de la sagesse, et vous pourrez témoigner que vous avez vu un homme heureux. »

 

Eugène Fromentin (1820-1876), Dominique (1863). Traducció d’Agustí Esclasans. Barcelona: Proa, 1985, pp. 11-12 (cap. 1).

 

 

 

 

Anuncis