No som un tot materialment constituït

Devon Aoki.


«Però, fins i tot des del punt de vista de les coses mésinsignificants de la vida, no som un tot materialmenteconstituït,idèntic peratothomi del qual cadascú només ha deprendre consciència; la nostra personalitat socialésuna creació del pensament dels altres. Fins i tot, el simpleactequeanomenem “veure una persona que coneixem és en part un acte intel·lectual. Omplim l’aparença física de la persona queveiem ambtotes les idees que en tenim, i en l’aspecte total queens representem, aquestes idees ocupen, certament, la major part. Acabenperinflar tan perfectamente les galtes, per seguir una adherència tan exacta de lalíniadelnas,s’encarreguen tan de matisar la sonoritat de la veu com si nofos mésque un embolcall transparent, que sempre que veiem aquell rostre i sentim aquella veu són les mateixes idees les que retrobem, les que escoltem.»
Marcel Proust (1871-1922), A la recerca del temps perdut. Pel cantó de Swann (1913). Traducció de Valèria Gaillard Francesch. Barcelona: Labutxaca, 2011, p. 30.
«Mais même au point de vue des plus insignifiantes choses de la vie, nous ne sommes pas un tout matériellement constitué, identique pour tout le monde et dont chacun n’a qu’à aller prendre connaissance comme d’un cahier des charges ou d’un testament ; notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres.Même l’acte si simple que nous appelons voir une personne que nous connaissons est en partie un acte intellectuel. Nous remplissons l’apparence physique de l’être que nous voyons de toutes les notions que nous avons sur lui, et dans l’aspect total que nous nous représentons, ces notions ont certainement la plus grande part. Elles finissent par gonfler si parfaitement les joues, par suivre en une adhérence si exacte la ligne du nez, elles se mêlent si bien de nuancer la sonorité de la voix comme si celle-ci n’était qu’une transparente enveloppe, que chaque fois que nous voyons ce visage et que nous entendons cette voix, ce sont ces notions que nous retrouvons, que nous écoutons.»

Anuncis